Les vibrisses du cheval

Eleveuse et passionnée de chevaux, nous parlons souvent du lait de jument, de recettes de cuisine et d’articles de santé. Mais aujourd’hui, je voudrais vous parler du cheval, et d’une de ses particularités.

Le cheval est un animal grégaire. Dans la nature, il était à l’époque une proie.

Mais comme vous le savez la nature est très bien faite, et quand on cherche un peu les explications de certaines questions, tout s’éclaircit.

Aujourd’hui nous allons donc parler des vibrisses du cheval. Quel drôle de nom ! Mais alors vous me direz, qu’est-ce que sont des vibrisses ? Oui, je vous rassure, ce mot existe !

Dans un premier temps, commençons par vous donner quelques explications. En résumé, les vibrisses sont les longs poils raides se trouvant autour des yeux, des naseaux et de la bouche de certains animaux. Par exemple, les chevaux en possèdent, les chats, les chiens, les rongeurs, etc.

Donc nous sommes d’accord, tout le monde se rappelle des moustaches dans leur bon contexte !

Dans un second temps, expliquons alors leur utilité ? Ces longs poils transmettent des messages au cerveau. Oui ils sont des organes sensoriels tactiles. Il existe un lien direct entre le cerveau de l’animal et le poil.

La vibrisse permet la transmission des informations grâce à des vibrations.

En comparaison, nous, les Hommes, avons aussi des vibrisses : nos poils dans le nez. Entre les chevaux, (ou les chats) et les Hommes, l’action des vibrisses sera différente. Chez les animaux, c’est la transmission de certains messages. Chez les Hommes, c’est pour la protection de la poussière, ou d’éventuelles particules.

Mais alors, que se passe-t-il si vous coupez ces poils ?

Un animal privé de vibrisses peut connaitre quelques grosses difficultés.

Déjà, les vibrisses autour des yeux servent de protection. Comme chez nous pour la poussière.

Ensuite, les longs poils autour des naseaux et de la bouche sont, pour le cheval, des yeux en plus. Le champ de vision du cheval n’est pas du tout comme le nôtre. Dans la zone des naseaux et de la bouche, il est impossible pour le cheval d’y voir. Les vibrisses lui permettront alors de chercher de la nourriture, de l’eau, du sel, des bonbons (LOL). Mais aussi de choisir sa nourriture, et surtout de pouvoir de la trier.

Avec la domestication, le cheval aurait tendance à avoir un peu perdu ce sens de tri. Mais dans la nature, il a ce pouvoir de sélection. Un cheval, à l’état naturel, ne mangera jamais de feuille de laurier rose. Il sait que c’est mortel pour lui.

En espérant que nos histoires de chevaux, de vibrisses et de poils de nez vous ont plu ! Pour voir des photos de nos juments cliquez ici

Nous vous souhaitons un bon week-end, et à très vite !

Cavalièrement votre

Caroline